G.A.N

Biographie

Un vécu peu ordinaire pimenté d’une bonne dose de fiction, des émotions poignantes véhiculées par des images et jeux de mots percutants, des compositions alliant tendances actuelles et ambiances plus classiques, voici la recette employée par G.A.N dans « Texte Symbole » pour nous plonger dans l’univers d’un père célibataire, trentenaire, au parcours sentimental tourmenté.

Né en 1980 sous le nom de Trésor Georges Mundende Mbengani de parents Congolais, G.A.N découvre le hip-hop en 1995 avec le premier album des Sages Poètes de la Rue. Il commence à écrire ses premiers textes dans la foulée et prend le pseudonyme « Gandhi », inspiré par le Mahatma qui menait ses combats par les mots.

Les textes écrits durant la première partie de sa carrière sont fortement influencés par son parcours familial difficile ; déchirement de ses parents,  vie éloigné de sa mère pendant plusieurs années et décès par mort violente de son cousin, assassiné par sa propre sœur en 2001.  Le public bruxellois est alors marqué par les images et jeux de mots poignants qui composent ses textes et la mélancolie à fleur de peau qui en ressort.  Les morceaux « Dernier Coucou » et « Affolant » témoignent de cette période et sont devenus des classiques de l’underground Bruxellois.

Sa notoriété grandissante en Belgique l’amène à sortir son premier album officiel en 2010 « Le Point G », dont le titre a été choisi car il touche un point caché de la sensibilité de chacun. L’ambiance générale est toujours mélancolique mais il se démarque par la large place laissée à l’instrumentation et la diversité des couleurs musicales. De l’enchainement de phrases percutantes du morceau « Effet Boule de Neige » au reggae de « J’appelle à l’aide » en passant par le magnifique duo avec Kery James « G.A.N le mélancolique », l’album marque le public belge et se classe directement quatrième des ventes, performance exceptionnelle pour une production indépendante.

G.A.N enchaîne ensuite morceaux et projets disponibles sur internet et rencontre un succès croissant grâce à des morceaux tels que « Ma Femme » ou « Erreur Fatale ». Il aborde de plus en plus le thème de l’amour au sens large, tendance qu’on retrouvera dans son deuxième album « Texte Symbole ».

Entre 2010 et 2014, G.A.N accumule les concerts en Belgique en participant aux principaux festivals (Couleur Café, Festival de Dour, Brussels Summer Festival, Esperanzah). Il marque les esprits grâce à son concert à l’Ancienne Belgique, prestigieuse salle bruxelloise, première pour un artiste urbain indépendant belge.  Il se produit également à l’étranger, notamment en Suisse et en République Démocratique du Congo en première partie de la Sexion d’Assaut.

En 2014, G.A.N enregistre son deuxième album officiel « Texte Symbole » entre Bruxelles et Kinshasa. « Texte Symbole », en prenant le point de vue d’un trentenaire confronté  à l’amour et ses contradictions, permet à chacun d’y retrouver une part de soi.

G.A.N nous arrache des frissons sur des morceaux chargés d’émotion tels que « J’aurais Pu » et « On va pas s’mentir » dans lesquels il évoque de façon déchirante la rupture avec la mère de ses enfants ou « Ça revient au même »  qui narre son désarroi face à la garde alternée et le vide qui en résulte une semaine sur deux.  Il parvient également à aborder des thèmes graves avec espoir et légèreté sur « Parent Seul », message d’encouragement à tous les parents célibataires au refrain entêtant.

 « 4 Saisons », déclaration d’amour déclinée sous forme de poème qui n’est pas sans rappeler le MC Solaar de la grande époque et « Killing Each Other », tube aux accents pop rock évoquant le côté destructeur de la passion amoureuse, constituent d’autres moments forts du disque.

G.A.N ne néglige pas le rap plus traditionnel sur « R.A.P » et son ambiance New Yorkaise, « Le Genre de la Maison » et ses jeux de mots dévastateurs posés sur une composition ultra efficace d’Ozhora Miyagi ou « Appelle-moi G.A.N » et son refrain hypnotique dans lequel il revient sur son changement de pseudonyme (« Appelle-moi G.A.N, je ne veux plus Gandhi »).

L’album se termine avec “L’amour change”, chanson envoutante et magnifique conclusion au disque, qui résume les contradictions de l’amour et l’alternance des sentiments qu’il suscite chez les amoureux.

Le soin particulier apporté à l’image, illustré par la vidéo somptueuse de « 4 Saisons » tourné entre les Caraïbes et Bruxelles et le visuel léché de l’album, contribuent à plonger l’auditeur dans une expérience auditive unique.

« Texte Symbole », nouveau chapitre dans la carrière de G.A.N, sera disponible en Belgique et en France dès le 15 avril 2016.

  • Date 14/02/2018
  • Tags G.A.N